bodypositive : comment dire stop aux complexes



Le mouvement social body positive n’est pas né de la dernière pluie. Initié en 1996 par Connie Sobczak et Elizabeth Scott, psychothérapeute, il a pris de l’ampleur ces dernières années grâce à un fort engouement sur les réseaux sociaux. Le principe est simple, s’accepter comme l’on est. Chaque jour, des femmes louent leurs rondeurs, cicatrices, poils et libèrent les corps. Mais comment lâcher prise face aux diktats de la beauté et en finir avec les complexes ?

Le fléau de la pression sociale


Selon un sondage, plus de 60 % des femmes s’inquiètent quant à leur apparence physique contre 23 % seulement chez les hommes. On se focalise toujours sur les parties de notre corps que l’on n’apprécie pas et non sur celles que l’on aime. Eh bien, il est temps de penser positif et de passer outre, quoi qu’en dise l’entourage. En effet, c’est souvent le cercle proche qui nous pousse à avoir des complexes. Une visite chez belle-maman qui scrute d’un air perplexe nos poignées d’amour : « Ah, tu n’aurais pas pris un peu depuis la dernière fois ? » ou le conjoint qui lance avec un tact légendaire : « Il faudrait que tu ailles plus souvent à la salle. » Il est temps d’en finir avec cette pression sociale où l’on surveille chaque miette que vous avalez, où l’on vante les régimes draconiens souvent dangereux pour la santé… Outre les rondeurs, les cicatrices sont source de complexes. On les voit tels des éléments disgracieux et non pas comme une partie de notre histoire personnelle alors que c’est ce qu’elles sont vraiment. Des cicatrices, certaines en ont même fait une force, notamment Julie Bourges, brûlée à près de 40 % qui poste chaque jour sur son Instagram « douzefevrier » des photos d’elle, rayonnante et inspirante. Gardez à l’esprit que vous êtes comme vous êtes, et vous le valez bien.

Regagner confiance en soi

Les complexes nous font mettre des vêtements (trop) amples, informes ou quelconques, comme si l’on ne voulait pas attirer l’attention sur soi. Pour regagner cette confiance perdue, un relooking peut être salvateur.  Mais pour cela, il faut connaître son type de silhouette qui se mesure à partir du tour d’épaule, du tour de taille et du tour de fesses. Il existe 6 types en tout, symbolisés par les lettres de l’alphabet : A, V, X, H, I, O. Ensuite, le secret c’est de jouer sur l’équilibre des volumes ! Outre changer sa garde-robe, une visite chez un coiffeur-visagiste peut être bénéfique pour trouver le look qui correspond à son visage.
Renouer avec son corps, c’est aussi s’octroyer des moments d’intimité : redécouvrir les plaisirs d’un massage ou d’une séance au spa et s’autocomplimenter dans le miroir. N’y voyez pas les prémices d’une crise narcissique, mais plutôt une technique d’autopersuasion qui a fait ses preuves.

Parce que personne n’est parfait



Pendant longtemps, les diktats de la beauté fixaient des règles très strictes : cheveux lissés, sans frisottis, jambes épilées, ventre plat, dents blanches, de quoi faire complexer toutes les personnes sur cette terre ! Heureusement, les mentalités commencent à évoluer. Des mannequins atypiques percent et font les couvertures des magazines. Par exemple, Winnie Harlow, atteinte du vitiligo, a été élue l’une des personnalités les  plus importantes par le magazine Dazed & Confused. Elle est l’égérie de la marque espagnole Diesel.
On peut aussi citer les icônes transgenres Andreja Pejic ou Lea T qui pose pour Givenchy. Plus besoin non plus de répondre au critère d’une taille d’1m70 minimum, Devon Aoki avec ses 1m65 suit les traces de la voluptueuse Naomi Campbel, super modèle des années 1990, en étant égérie pour Versace. Aussi, les publicistes commencent à intégrer des photos non retouchées dans leurs campagnes. Par exemple, la marque de cosmétique MAC a créé le buzz sur Instagram en postant de gros plans de ses nouvelles teintes de rouge à lèvres sans supprimer les poils.
Une marque de vêtements, Boohoo, ne retouche plus ni les boutons ni les vergetures. Les actrices et les mannequins s’affichent sur les réseaux sociaux telles qu’elles sont vraiment, à l’instar d’Ashley Graham qui a posté des photos d’elle, après son accouchement, dévoilant fièrement ses vergetures.

Même les stars ne sont pas parfaites, alors aucune raison de complexer !

Share this:

CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire